Sonate pour violon Nr. 7 en Do Mineur, Opus 30

Sonate pour violon Nr. 7 en Do Mineur, Opus 30

Ludwig van Beethoven

Miriam Fried's masterclass

Anglais Violon

Dans cette masterclass, Miriam Fried discute de l'archet, de la syncope et de la capture de l'essence de la musique, entre autres, avec son élève Aijia Li.

Inclus dans tout abonnement - 29.90€ /mois, illimité
Retour à la navigation

La masterclass

Ce que nous apprenons dans cette masterclass de violon

  1. Ce mouvement a un caractère sérieux
  2. Beethoven utilise la dynamique pour des instructions structurelles
  3. Parfois, le violon doit embellir la partie du piano
  4. Il est important de réfléchir à la quantité optimale d'archet à utiliser.
  5. Ludvig van Beethoven n'a pas écrit d'archets pour le violon, il a écrit des marques de phrases.
  6. La syncope est toujours très dramatique.
  • Élève:Aijia Li
  • Instruments: Violon
  • Date:27 octobre 2021
  • Académie:Académie 24 - 31 oct. 2021
Miriam Fried

Miriam Fried

Ce que vous voulez communiquer, c'est l'essence de cette musique, qui est, comme je l'ai dit, très, très dramatique, très active, mais qui explore une grande variété d'émotions humaines.

Miriam Fried

Miriam Fried

Miriam Fried

Miriam Fried est reconnue depuis de nombreuses années comme l’une des violonistes les plus prééminentes au monde. Une musicienne accomplie – tout aussi accomplie en tant que récitaliste, concertiste soliste ou chambriste – elle a été acclamée pour sa "flamboyante intensité et profondeur émotionnelle" (Musical America) ainsi que pour sa maîtrise technique.

 

Le fin mélange de son talent artistique et de sons sens musical continue d’inspirer les publics du monde entier. Miriam Fried a joué avec pratiquement tous les grands orchestres aux États-Unis et en Europe et a souvent été invitée par les principaux orchestres de Boston, Chicago, Cleveland, New York, Philadelphie et Pittsburgh, ainsi qu’avec le Philharmonique d’Israël, l’Orchestre symphonique de Londres, l’Orchestre philharmonique royal et l’Orchestre symphonique de Vienne. Ses tournées de récitals l’ont emmenée dans tous les grands centres musicaux d’Amérique du Nord et à Bruxelles, Londres, Milan, Munich, Rome, Paris, Salzbourg, Stockholm et Zurich. Au cours des dernières saisons, l’emploi du temps de Mme Fried comprenait des engagements orchestraux avec des ensembles aussi prestigieux que le Boston Symphony, le Chicago Symphonie, l’Orchestre Philharmonique de Los Angeles, l’Orchestre Philharmonique de Berlin, l’Orchestre de Paris, le Czech Philharmonic et l’Orchestre philharmonique de Saint-Pétersbourg. En 1993 elle a donné un concerto pour violon écrit pour elle par Donald Erb avec le Grand Rapids Symphony et a enregistré l’œuvre pour Koss. Les récitals des sonates de Bach et Les Partitas pour violon solo encensés de Mme Fried à New York ont été l’aboutissement de trois années de représentations internationales. Elle est revenue à cette musique, enregistrant l’intégralité des Sonatas et Partitas en France au printemps 1999 sur le label Lyrinx. Elle a également réalisé un enregistrement primé du Concerto de Sibelius avec Helsinki Philharmonic sous la direction d’Okko Kamu, disponible sur le label Finlandia et qui est devenu un best-seller.

 

La musique de chambre joue un rôle important dans la vie musicale de Mme Fried. Pendant dix ans elle joua avec le Mendelssohn String Quartet dont elle fût la première violoniste. Elle collabore régulièrement avec son fils, le pianiste Jonathan Biss. Miriam Fried joue avec un violon particulièrement remarquable, un Stradivarius 1718 qui aurait été le favori de son propriétaire du XVIIIe siècle, le compositeur-chef d’orchestre Louis Spohr. Il a également été possédé par Regina Strinasacchi qui, pense-t-on, a utilisé l’instrument pour jouer avec Mozart la Sonate en si bémol, K. 454, qui avait été écrit pour elle. Pédagogue de renom, Miriam Fried est professeure au New England Conservatory et est invitée à donner des masterclass dans le monde entier. Depuis 1994, elle est directrice du programme du Ravinia Steans Music Institute, l’un des principaux programmes d’été du pays pour les jeunes musiciens. Elle se produisit régulièrement au Ravinia Festival comme soliste avec le Chicago Symphony, en récital et en concert de chambre. Pendant son congé sabbatique au cours de l’année scolaire 2015-2016, Mme Fried est revenue aux Sonates solo et partitas de Bach. Elle a enregistré une série de conférences à propos des différentes représentations relatives à ces travaux. 

 

En 2016, elle a interprété toutes les sonates et partitas dans plusieurs lieux, dont le Ravinia Festival, en Belgique, à Toronto, à Vancouver, à Baltimore et à Jérusalem. Les concerts de Jérusalem ont été enregistrés et diffusés en 2017 sur le label Nimbus.

Beethoven

Ludwig van Beethoven

Né à Bonn, en Allemagne, en 1770, Ludwig van Beethoven est l’une des références les plus dominantes du classicisme ; c’est un pianiste, compositeur et un génie hors pair. Descendant d'une longue lignée de musiciens, Beethoven a étudié la musique dès son plus jeune âge, en commençant par le piano, la clarinette et l'orgue. Du haut de ses 11 ans, Beethoven décroche son premier travail en tant qu’organiste de cour n remplaçant son propre professeur pour une certaine durée. Véritable jeune prodige, Beethoven est publiquement comparé à Wolfgang Amadeus Mozart, et quelques années plus tard, le jeune musicien se rend à Vienne quelques années plus tard pour étudier brièvement sous la tutelle de Mozart en personne. À la fin de ses vingtaines, Beethoven a constaté qu’il éprouvait certaines difficultés d'audition, au milieu de ses quarantaines, il était complètement sourd et n’arrivait plus à communiquer vocalement. Faisant fi de cette infortune, il continue remarquablement à composer de la musique. La Symphonie n°9 de Beethoven a été d'ailleurs écrite alors qu’il avait entièrement perdu l'ouïe. Alors que les débuts de sa carrière musicale reflétaient la tradition classique Viennoise héritée par Mozart et Haydn, Beethoven a obtenu une identité unique et révolutionnaire à la fin de son parcours. Décédé en 1827, sa veillée était un événement public qui réunit plus de 10 000 personnes. En dépit de sa mort, l’héritage de Beethoven perdure toujours. Ses travaux anticipent de nombreuses caractéristiques qui marqueraient la musique de l’ère romantique et même celle du 20ᵉ siècle.

Vidéos associées

Nous vous recommandons également