Sonate, 1er mouvement

Sonate, 1er mouvement

Francis Poulenc

Miriam Fried's masterclass

Anglais 46 min Violon

Le professeur Miriam Fried et son élève Alcide Menetrier se penchent sur l'archet et la relation entre la main gauche et la main droite.

Produit par la Saline royale Academy en octobre 2021 à Arc-et-Senans.

Inclus dans tout abonnement - 29.90€ /mois, illimité
Retour à la navigation

La masterclass

Ce que vous apprendrez dans cette masterclass de Miriam Fried

  • L'idée du violon comme instrument d'expression de ce mode romantique ne plaisait pas à Francis Poulenc.
  • Il n'est pas nécessaire d'avoir un son très expressif. 
  • Il est important de ne pas utiliser trop de vibrato.
  • C'est une pièce qui, plus que toute autre, dépend vraiment de la main droite.
  • Ce n'est pas une pièce tonale au sens traditionnel du terme, mais d'une certaine façon, elle l'est. Et les couleurs devraient refléter cela
  • Quand le violon accompagne, cela ne veut pas dire qu'il doit être plus doux.
  • Il est vraiment important de pouvoir penser de manière fondamentalement différente à la façon dont nous utilisons l'instrument, en fonction du caractère de la musique.
  • Au 20e siècle, chaque compositeur a développé son propre langage et sa propre voix.
  • Élève:Alcide Menetrier
  • Instruments: Violon
  • Date:30 octobre 2021
  • Académie:Académie 24 - 31 oct. 2021

Partition

Visez l’excellence ! Vous pouvez améliorer vos compétences grâce aux conseils d’experts. Téléchargez la partition annotée de cette masterclass de violon. Veuillez noter que ce morceau a été annoté en fonction des réactions et des commentaires de Miriam Fried.

Miriam Fried

Miriam Fried

Miriam Fried est reconnue depuis de nombreuses années comme l’une des violonistes les plus prééminentes au monde. Une musicienne accomplie – tout aussi accomplie en tant que récitaliste, concertiste soliste ou chambriste – elle a été acclamée pour sa "flamboyante intensité et profondeur émotionnelle" (Musical America) ainsi que pour sa maîtrise technique.

 

Le fin mélange de son talent artistique et de sons sens musical continue d’inspirer les publics du monde entier. Miriam Fried a joué avec pratiquement tous les grands orchestres aux États-Unis et en Europe et a souvent été invitée par les principaux orchestres de Boston, Chicago, Cleveland, New York, Philadelphie et Pittsburgh, ainsi qu’avec le Philharmonique d’Israël, l’Orchestre symphonique de Londres, l’Orchestre philharmonique royal et l’Orchestre symphonique de Vienne. Ses tournées de récitals l’ont emmenée dans tous les grands centres musicaux d’Amérique du Nord et à Bruxelles, Londres, Milan, Munich, Rome, Paris, Salzbourg, Stockholm et Zurich. Au cours des dernières saisons, l’emploi du temps de Mme Fried comprenait des engagements orchestraux avec des ensembles aussi prestigieux que le Boston Symphony, le Chicago Symphonie, l’Orchestre Philharmonique de Los Angeles, l’Orchestre Philharmonique de Berlin, l’Orchestre de Paris, le Czech Philharmonic et l’Orchestre philharmonique de Saint-Pétersbourg. En 1993 elle a donné un concerto pour violon écrit pour elle par Donald Erb avec le Grand Rapids Symphony et a enregistré l’œuvre pour Koss. Les récitals des sonates de Bach et Les Partitas pour violon solo encensés de Mme Fried à New York ont été l’aboutissement de trois années de représentations internationales. Elle est revenue à cette musique, enregistrant l’intégralité des Sonatas et Partitas en France au printemps 1999 sur le label Lyrinx. Elle a également réalisé un enregistrement primé du Concerto de Sibelius avec Helsinki Philharmonic sous la direction d’Okko Kamu, disponible sur le label Finlandia et qui est devenu un best-seller.

 

La musique de chambre joue un rôle important dans la vie musicale de Mme Fried. Pendant dix ans elle joua avec le Mendelssohn String Quartet dont elle fût la première violoniste. Elle collabore régulièrement avec son fils, le pianiste Jonathan Biss. Miriam Fried joue avec un violon particulièrement remarquable, un Stradivarius 1718 qui aurait été le favori de son propriétaire du XVIIIe siècle, le compositeur-chef d’orchestre Louis Spohr. Il a également été possédé par Regina Strinasacchi qui, pense-t-on, a utilisé l’instrument pour jouer avec Mozart la Sonate en si bémol, K. 454, qui avait été écrit pour elle. Pédagogue de renom, Miriam Fried est professeure au New England Conservatory et est invitée à donner des masterclass dans le monde entier. Depuis 1994, elle est directrice du programme du Ravinia Steans Music Institute, l’un des principaux programmes d’été du pays pour les jeunes musiciens. Elle se produisit régulièrement au Ravinia Festival comme soliste avec le Chicago Symphony, en récital et en concert de chambre. Pendant son congé sabbatique au cours de l’année scolaire 2015-2016, Mme Fried est revenue aux Sonates solo et partitas de Bach. Elle a enregistré une série de conférences à propos des différentes représentations relatives à ces travaux. 

 

En 2016, elle a interprété toutes les sonates et partitas dans plusieurs lieux, dont le Ravinia Festival, en Belgique, à Toronto, à Vancouver, à Baltimore et à Jérusalem. Les concerts de Jérusalem ont été enregistrés et diffusés en 2017 sur le label Nimbus.

Sonate, 1er mouvement

Francis Poulenc a écrit une musique qui est délibérément, résolument et délicieusement bipolaire. Maître des sautes d'humeur, contradictoire et parfois exaspérant, il a néanmoins développé un style global tout à fait unique. Il n'avait que faire des ruminations obscures de la Deuxième Ecole de Vienne et ne s'est jamais éloigné de la tonalité élémentaire, préférant même les anciens modes grégoriens au chromatisme. "Je sais parfaitement que je ne fais pas partie de ces compositeurs qui ont innové sur le plan harmonique comme Igor Stravinsky, Maurice Ravel ou Claude Debussy", écrit-il en 1942, "mais je pense qu'il y a de la place pour une musique nouvelle qui ne se gêne pas pour utiliser les accords des autres. N'était-ce pas le cas de Wolfgang Amadeus Mozart- Franz Schubert ?" Cette œuvre est imprégnée de tragédie qui s'exprime dans l'Allegro con fuoco initial dans un langage musical apparenté à celui de la sonate française la plus connue, celle de César Franck. Francis Poulenc débute son deuxième mouvement, un Intermezzo, par une citation de García Lorca, "La guitare fait pleurer les rêves", une allusion aux arrangements pour guitare de chansons populaires et folkloriques espagnoles réalisés par le poète lui-même. Le troisième mouvement porte l'indication peu commune, Presto tragico, appelant un rythme très rapide mais une humeur tragique. La sonate progresse de façon lyrique, mais rapide, jusqu'à sa conclusion.

Poulenc

Francis Poulenc

Crédit photo : Francis Poulenc

Vidéos associées

Nous vous recommandons également