Ballade Nr. 1

Ballade Nr. 1

Frédéric Chopin

Jean-François Heisser's masterclass

Français 1 h 13 min Piano

Dans cette session, Jean-Francois Heisser conseille son élève Variamu Itae-Tetaa sur l'interprétation de la Ballade Nr. 1 de Chopin.

Produit par la Saline royale Academy en octobre 2020 à Arc-et-Senans.

Inclus dans tout abonnement - 29.90€ /mois, illimité
Retour à la navigation

La masterclass

Ce que vous apprendrez dans cette masterclass de Jean-Francois Heisser

  1. Il est important de contrôler les niveaux sonores afin que la main droite puisse chanter quand elle en a besoin. 
  2. Il est préférable de mémoriser et de respecter les indications de Frédéric Chopin, telle que la dynamique. 
  3. Les ballades de Frédéric Chopin sont un répertoire de haut niveau, il est donc important d’avoir une cohérence dans le discours, étant donné qu’il alterne entre musique mélodique et épisodes de virtuosité. 
  4. À la fin de la présentation, il est appréciable de pouvoir guider la main droite au travers du discours harmonique de façon expressive. 
  5. Contrôler un bon doigté et tenir compte de l’importance du mouvement du poignet, en le laissant "libre” si nécessaire, est une chose à garder à l’esprit. 
  6. Il est essentiel de contrôler le tempo lorsqu’il y a des moments culminants.
  • Élève:Viriamu Itae-Tetaa
  • Instruments: Piano
  • Date:30 octobre 2020
  • Académie:Académie 25 oct. - 1 nov. 2020
Jean-François Heisser

Jean-François Heisser

En musique, on répète les mêmes notes, si on répète les notes avec le même poids, intensité, et intention, cela devient immédiatement ennuyant.

Jean-François Heisser

Partition

Visez l’excellence ! Vous pouvez améliorer vos compétences grâce aux conseils d’experts. Téléchargez la partition annotée de cette masterclass de piano. Veuillez noter que ce morceau a été annoté en fonction des réactions et des commentaires de Jean-Francois Heisser.

Jean-François Heisser

Jean-François Heisser

« Artiste complet », l’expression prend tout son sens avec Jean-François Heisser, pianiste, chef d’orchestre, pédagogue à la vaste culture et à la curiosité sans cesse en éveil.

 

Né à Saint-Etienne, il est l’héritier de Vlado Perlemuter, Henriette Puig-Roget et Maria Curcio. Il a lui-même enseigné le piano de 1991 à 2016 au Conservatoire National Supérieur de Musique de Paris. Parmi ses disciples on peut citer Bertrand Chamayou et Jean-Frédéric Neuburger avec lesquels il entretient une relation de grande complicité musicale.

 

Son activité est aujourd’hui partagée entre une carrière de soliste, de directeur musical de l’Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine (ex Orchestre Poitou-Charentes) depuis 2001, de chef invité, et aussi de directeur artistique pour différentes structures et programmations de premier plan. Sa discographie compte plus de 40 enregistrements : après le grand succès des œuvres de Paul Dukas (Diapason d’or de l’année) il collabore avec Erato (Coffret de 6 CD consacrés au répertoire espagnol, Schumann, Brahms, Saint Saëns, Debussy, etc) puis Naïve (Beethoven, Brahms) et Praga Records (Weber, Berg, Manoury, Bartok…). Il enregistre aujourd’hui essentiellement pour Mirare avec l’Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine (Falla, Wien 1925, Dubois, American Journey) et les Musicales Actes Sud (Albéniz, Mompou). Sont dernièrement parus : fin 2017 l’Intégrale des Concertos pour piano de Beethoven (Mirare) et début 2019 sa transcription pour 2 pianos de La Symphonie Fantastique d’Hector Berlioz (avec Marie-Josèphe Jude – Harmonia Mundi). Vient de paraître chez ERATO/WARNER un coffret consacré à des rééditions de ses enregistrements du répertoire espagnol. En septembre 2020 paraîtra sous le label Mirare un enregistrement réalisé avec Jean-Frédéric Neuburger de Mantra de Stockhansen. Soliste, il joue sous la direction des plus grands chefs tels que Janowski, Tilson-Thomas, Segerstam, Krivine, Mehta, Plasson, Roth etc avec, entre autres, le London Symphony Orchestra, l’Orchestre Philharmonique de Radio France, le Royal Philharmonic Orchestra, l’Orchestre de Paris, le Bayerischer Rundfunk, l’Orchestre National de France, Les Siècles… Il se produit beaucoup en récital avec une prédilection pour Beethoven (Sonates, Variations Diabelli etc..), Brahms, Chopin, le répertoire espagnol (Albéniz, Falla, Granados, Mompou) et bien sûr les grands compositeurs français d’hier et aujourd’hui. Outre les grands concertos et les pièces majeures du répertoire pianistique, il a beaucoup défendu les œuvres du XXème siècle et la création contemporaine. Son exigence d’interprète le conduit à jouer régulièrement sur pianos historiques (Weber : Les quatre Sonates – Praga Records, Konzertstück – Mirare). Avec le chef François-Xavier Roth et son orchestre « Les Siècles », il alterne claviers modernes (les trois Concertos de Bartók) et instruments d’époque (Saint-Saëns et Brahms). Il entreprend sur la saison 19/20 une tournée nationale sur pianos anciens et particulièrement un Chickering historique de toute beauté. Chambriste, Jean-François Heisser a bien évidemment parcouru tout le répertoire avec des partenaires tels que les Quatuors Ysaye, Lindsay et Pražák. Si son enregistrement des sonates de Bartok avec Peter Csaba (Praga) demeure aujourd’hui incontournable, il a aussi beaucoup défendu le répertoire à 4 mains et 2 pianos. Il reste un des partenaires les plus demandés tant par des artistes confirmés que par la jeune génération.

 

Directeur musical, il développe depuis 2001 le projet de l’Orchestre de Chambre Nouvelle-Aquitaine qu’il a hissé au plus haut niveau des formations de chambre françaises, ainsi qu’en attestent les enregistrements réalisés pour le label Mirare : la version primitive de L’Amour Sorcier de Falla et le Kammerkonzerte de Berg, salués unanimement par la presse, sont désormais des références. Fin 2017 est parue l’intégrale des Concertos pour piano de Beethoven (Jean-François Heisser piano et direction), fruit d’un long travail et d’une longue maturation avec les musiciens de l’orchestre. Directeur artistique, sa complicité avec les Editions Actes-Sud l’a conduit à assurer la programmation des Soirées Musicales d’Arles. A partir de 2015, il est conseiller artistique du Festival de l’Orangerie de Sceaux.

 

Enfin, pour perpétuer l’œuvre et le souvenir de son maître Vlado Perlemuter, interprète « historique » des grands compositeurs français, Jean-François Heisser est Président de l’Académie internationale Maurice Ravel, haut lieu de formation de jeunes talents. Il est également le directeur artistique du Festival Ravel en Nouvelle-Aquitaine depuis Août 2017.

Ballade Nr. 1

Frédéric Chopin a écrit sa Ballade nr. 1 en sol mineur, op. 23, en 1831. Pendant cette période, il s’était installé à Vienne. En période de guerre entre sa patrie et l’Empire Russe, sa musique est devenue de plus en plus dramatique, un reflet des sentiments de solitude et d’aliénation qu'il ressent. La ballade nr. 1 ne fut publiée que lorsque Frédéric Chopin a déménagé à Paris, où il la dédia au baron Nathaniel von Stockhausen. Frédéric Chopin peut être reconnu comme le créateur de la ballade en tant que genre distinct, qui inspire beaucoup de musiciens (comme Liszt et Brahms) pour écrire leurs ballades. Bien que les œuvres apparaissent comme étant complètement différentes les unes des autres, les analystes ont montré que les Ballades partagent une série de caractéristiques, comme une exposition de miroirs.

Chopin

Frédéric Chopin

Né en Pologne en 1810, Frédéric Chopin était un pianiste doué et un compositeur très réputé. Enfant prodige, il se produit dès l’âge de six ans dans les grandes salles de la bourgeoisie polonaise. C’est à cette époque que le jeune musicien commence à composer. Entre 1810 et 1830, il a composé 30 œuvres pour piano solo. 

Les compositions de Chopin comprennent de belles mélodies, des harmonies sophistiquées et une approche originale de la conception formelle. Si le piano est l’instrument romantique par excellence, c’est en grande partie grâce à la contribution de Chopin. Aux antipodes du pianisme orchestral de son contemporain Franz Liszt (représentant de la facette la plus extravertie et passionnée, presque exhibitionniste, du romantisme), le compositeur polonais explore un style intrinsèquement poétique, d’un lyrisme subtil. Les deux compositeurs deviendront plus tard amis et admirateurs de leurs œuvres respectives. 

On dit que les premières compositions de Chopin sont, d’une certaine manière, le produit de l’influence du “style brillant” du piano public associé à des compositeurs tels que Hummel, Weber, Moscheles et Kalkbrenner. Plus tard, les pièces composées pendant sa période varsovienne qui impliquent un remaniement radical des formes, des procédures et matériaux, témoignent de l’influence des compositeurs classiques viennois et de Bach. L’influence de la musique populaire polonaise est également essentielle dans ses œuvres. 

 

Vidéos associées

Nous vous recommandons également