Sonate pour piano Nr. 17, Op. 31, partie 1

Sonate pour piano Nr. 17, Op. 31, partie 1

Ludwig van Beethoven

Till Fellner's masterclass

Anglais 57 min Piano

Till Fellner donne des conseils sur laSonate pour piano n°17 de Beethoven, en se concentrant notamment sur l’interprétation, le caractère de l’œuvre et les problèmes physiques et techniques.

Produit par la Saline royale Academy en avril 2021 à Arc-et-Senans.

Inclus dans tout abonnement - 29.90€ /mois, illimité
Retour à la navigation

La masterclass

À propos de cette masterclass de Till Fellner

Le Maître donne quelques indications générales sur l’écriture de Ludwig van Beethoven ("Beethoven marque normalement la pédale seulement pour les occasions spéciales, quand il veut quelque chose qui n'est peut être pas attendue”, "il a particulièrement ajouté une pause d’un quart ici pour vous dire exactement quand lâcher la pédale”) et aussi des appréciations personnelles qui encouragent l’élève à prendre des décisions au sujet de l’interprétation ("Cela devrait ressembler à de la panique. Oui? Agitato et fortissimo. Comment aimeriez-vous formuler cela?”). Beaucoup des indications du Maître aident l’élève à observer comment élucider certains problèmes techniques et interprétatifs : "Quand tu as le récitatif... Il dit con espressione et semplice. Ce que tu fais est con espressione mais la dynamique est pianissimo. Donc essaye la même intensité que la voie humaine mais de loin". Les indications oscillent entre ces sujets liées à l’interprétation, le caractère de l’œuvre, et de résoudre les problèmes physiques et techniques qui permettent de réaliser l’interprétation souhaitée ("tu dois le sentir, mais ce que tu peux faire, peut-être... Quelque chose avec ton bras. Ce peut être plus dramatique").

Ce que nous apprenons dans cette masterclass de piano

  1. Beethoven ne marque normalement la pédale que pour des occasions spéciales 
  2. Le doigt doit être ressenti comme tout le bras 
  3. Parfois, la pédale et la résonance des instruments sont nécessaires pour le fortissimo
  4. Parfois, cela doit sembler très sombre et effrayant 
  5. Le trille n’est pas une relaxation 
  6. Pendant une longue harmonie, on doit garder la tension 
  7. Parfois, il faut être orageux, mais pas nécessairement dur 
  8. Tout est là pendant la première ligne, tout le matériel

Cette pièce a été composée vers 1801 lorsque le compositeur montrait déjà des signes de surdité. La Tempête (titre non donné par Beethoven - il ne titra qu’une de ses sonates, le "Hammerklavier", op. 106) se réfère principalement aux premiers et aux troisièmes mouvements, qui captent la dichotomie des émotions si caractéristiques de la musique de Beethoven. Le décalage constant entre la tempête et le calme est une caractéristique déterminante, et, quand un ami a demandé à Beethoven ce que la pièce symbolisait pour lui, il a simplement dit, "Lire la tempête de Shakespeare". Dans la sonate, au travers des éléments telles que les techniques de pédale et les textures riches, on entend le compositeur en voie de combler l’écart entre le style classique et le style romantique qui finira par dominer lors de la décennie suivante du 19ème siècle.

  • Élève:Samuel Bach
  • Instruments: Piano
  • Date:16 avril 2021
  • Académie:Académie 11 avr. - 18 avr. 2021
Till Fellner

Till Fellner

Tu as besoin du fortissimo, de la pédale, de la résonance de l’instrument.

Till Fellner

Partition

Visez l’excellence ! Vous pouvez améliorer vos compétences grâce aux conseils d’experts. Téléchargez la partition annotée de cette masterclass de piano. Veuillez noter que ce morceau a été annoté en fonction des réactions et des commentaires de Till Fellner.

Till Fellner

Till Fellner

Till Fellner commence sa carrière internationale en 1993 lorsqu’il remporte le 1er prix au Concours Clara Haskil à Vevey en Suisse. Dès lors, il est très régulièrement invité à jouer pour de prestigieux orchestres, festivals et institutions de musique en Europe, aux Etats-Unis et au Japon. Il collabore avec des musiciens mondialement connu.

 

En outre, il enregistre de nombreux CD des plus belles œuvres du répertoire pour piano. Il enseigne depuis 2013 à la Zurich Hochschule der Künste. La carrière internationale de Till Fellner commence en 1993 lorsqu’il remporte le 1er prix au Concours Clara Haskil à Vevey en Suisse. Dès lors, il est très régulièrement invité à jouer pour de prestigieux orchestres, festivals et institutions de musique en Europe, aux Etats-Unis et au Japon.

 

En tant que soliste, il fait partie de nombreux orchestres, dont les Orchestres philharmoniques de Berlin, de Vienne et de New York, les Orchestres symphoniques de Boston et de Chicago, l’Orchestre royal du Concertgebouw et le NHK Symphony Orchestra. Till Fellner a joué avec de nombreux musiciens, dont Claudio Abbado, Vladimir Ashkenazy, Herbert Blomstedt, Semyon Bychkov, Christoph von Dohnányi, Christoph Eschenbach, Bernard Haitink, Nikolaus Harnoncourt, Manfred Honeck, Sir Charles Mackerras, Sir Neville Marriner, Kurt Masur, Kent Nagano, Jonathan Nott, Kirill Petrenko et Hans Zender. Il collabore régulièrement avec le ténor britannique Mark Padmore et le Belcea Quartet. Il partira en tournée avec la violoniste Viviane Hagner à l’automne 2020. Till Fellner s’est consacré ces dernières années à deux chefs d’oeuvre du répertoire pour piano : Le Clavier bien tempéré de Johann Sebastian Bach et les 32 sonates de Ludwig van Beethoven. De 2008 à 2010, il interprète les œuvres de Beethoven à New York, Washington, Tokyo, Londres, Paris et Vienne. Till Fellner est le premier à avoir interprété en public les œuvres de Kit Armstrong, Harrison Birtwistle, Thomas Larcher, Alexander Stankovski et Hans Zender. (premiere : to give or be the first public performance of). Le label ECM, pour lequel Till a un contrat d’exclusivité, a enregistré le premier livre du Clavier bien tempéré et les deuxième et troisième parties des Inventions et Sinfonies de Bach, les concertos pour piano n° 4 et 5 de Beethoven avec l’Orchestre symphonique de Montréal, placé sous la direction de Kent Nagano. Il a également interprété les œuvres de musique de chambre de Harrison Birtwistle.

 

En 2018 il enregistre en live le CD « Till Fellner in concert » contenant les œuvres de Liszt et de Beethoven. En 2016, le CD Alpha Classics est publié et contient l’enregistrement du quintette de piano de J. Brahms avec le Belcea Quartet, qui reçoit alors le « Diapason d’Or de l’Année ». Till Fellner est né à Vienne (Autriche), où il étudie avec Helene Sedo-Stadler au conservatoire puis avec Alfred Brendel, Meira Farkas, Oleg Maisenberg et Claus-Christian Schuster. Il enseigne depuis 2013 à la Zurich Hochschule der Künste.

 

En 2019 il est le président du jury au 62e concours international de piano Ferruccio Busoni à Bolzano, Italie.

Beethoven

Ludwig van Beethoven

Né à Bonn, en Allemagne, en 1770, Ludwig van Beethoven est l’une des références les plus dominantes du classicisme ; c’est un pianiste, compositeur et un génie hors pair. Descendant d'une longue lignée de musiciens, Beethoven a étudié la musique dès son plus jeune âge, en commençant par le piano, la clarinette et l'orgue. Du haut de ses 11 ans, Beethoven décroche son premier travail en tant qu’organiste de cour n remplaçant son propre professeur pour une certaine durée. Véritable jeune prodige, Beethoven est publiquement comparé à Wolfgang Amadeus Mozart, et quelques années plus tard, le jeune musicien se rend à Vienne quelques années plus tard pour étudier brièvement sous la tutelle de Mozart en personne. À la fin de ses vingtaines, Beethoven a constaté qu’il éprouvait certaines difficultés d'audition, au milieu de ses quarantaines, il était complètement sourd et n’arrivait plus à communiquer vocalement. Faisant fi de cette infortune, il continue remarquablement à composer de la musique. La Symphonie n°9 de Beethoven a été d'ailleurs écrite alors qu’il avait entièrement perdu l'ouïe. Alors que les débuts de sa carrière musicale reflétaient la tradition classique Viennoise héritée par Mozart et Haydn, Beethoven a obtenu une identité unique et révolutionnaire à la fin de son parcours. Décédé en 1827, sa veillée était un événement public qui réunit plus de 10 000 personnes. En dépit de sa mort, l’héritage de Beethoven perdure toujours. Ses travaux anticipent de nombreuses caractéristiques qui marqueraient la musique de l’ère romantique et même celle du 20ᵉ siècle.

Vidéos associées

Nous vous recommandons également